Search

Being Normal in the midst of it all.


Seating on the chair across from me, tears in her eyes, she sighs and says: - "Am I ever going to be normal." First, I look at her wondering if I had missed something when she continues as if in a monologue: -"will I ever be a support to my family? Will I be able to have a family of my own? Am I normal?" At this point, I figured it was best to ask for clarification instead of trying to figure it out. -"My tears!" She says matter of factly, - “will I ever stop crying?”

This is when I wondered, when did crying become abnormal? When did crying become a weakness or a disease that we needed to recover from and become normal? Yes, as a psychologist, I know that when the problem starts obstructing the client’s ability to function every day then it is a problem. It is a problem when you decide that this is not the way for you. But this was not the case. There were legitimate reasons for those tears. Life is stressful and we have been dealing with a lot.


Honestly, I enjoy a good cry. Like emptying a full cup, after a good session of crying, I feel refresh, whole, and ready to take on the world. But culture has labeled it as a weakness. We have learned to repress our emotions and put on a good face as we continue with life amidst it all. We have repressed it all so far down that we don't recognize it in ourselves or others. It is difficult to have empathy for others when we so harshly resent emotions in ourselves. Our tears disgust us. Our anger fuels us. Happiness brings the fear of it being just a fleeting moment. We feel alone, abnormal, and inadequate for the tasks ahead. How can we take care of others when we seem to always lose it? Is it normal? It couldn't be.


Allow me to suggest to those that are overwhelmed to the brink of tears, it is a reset button. Crying for emotional reason have the property of making you feel better, releasing the tension, and as mentioned before resetting your overall psyche. Did you know that, though we mesh them all as one, there are 3 kinds of tears: basal tears (they are basic tears that blinking spreads around and keeps your eyeballs moist), irritant tears (those are eyewash tears that comes gushing out when you peel an onion for example), and emotional tears which is a response to strong feelings such as sadness, grief, joy, and anger. These tears if filled with stress hormones and natural painkillers to help us deal with the situation. It also has the ability to transfer subtle messages to people around you whether consciously or unconsciously. They are able to signal to someone that you need a hug or want to be left alone.


This little body function that we have come to dismiss, or that we find utterly annoying, has the big mission of transmitting our humanity. Allow yourself to be human, embrace your tears!



___________________________________________________________________________________


Assise en face de moi, les larmes aux yeux, elle soupire et dit: "Arriverais-je jamais être normale." Je la regarde en me demandant si j'avais omis quelque chose tandis qu'elle continue dans un monologue: "Pourrais-je un jour être un soutien pour ma famille? Serais-je capable d'avoir une famille à moi? Suis-je normale?" À ce stade, j'ai pensé qu'il valait mieux demander des éclaircissements au lieu d'essayer comprendre. -"Mes larmes!" Elle dit d’un fait, - " arrêterais-je un jour de pleurer?"

C'est à ce moment-là que je me suis demandée si pleurer était devenu anormal ? Depuis quand pleurer est devenu une faiblesse ou une maladie dont nous devrions nous remettre pour devenir normal? En tant que psychologue, je sais que lorsqu’une difficulté commence à entraver la capacité de fonctionner, il s’agit d’un problème. On en fait une affaire lorsque vous décidez que la situation vous dérange. Mais ce n'est pas le cas. Il y a des raisons légitimes aux larmes. La vie est stressante.

Honnêtement, j'apprécie de bonnes larmes. C'est comme vider une tasse. Après une bonne séance de pleurs, je me sens rafraîchie, entière et prête à conquérir le monde. Mais notre culture le qualifie de faiblesse. Nous avons appris à réprimer nos émotions et à faire bonne figure alors que nous continuons à faire face à des situations difficiles. Nous nous sommes habitués à tout réprimer de tel sorte que nous ne reconnaissons pas certaines émotions en nous-mêmes ou chez les autres. Il est difficile d'avoir de l'empathie pour les autres lorsque nous rejetons si amèrement nos émotions. Nos larmes nous dégoûtent. Notre colère nous alimente. Nous craignons le bonheur de peur qu'il ne soit qu’éphémère. Nous nous sentons seuls, anormaux et inaptes à entreprendre les tâches qui nous sont confiées. Comment pouvons-nous prendre soin des autres alors que nous semblons toujours perdre la face? -"Est-ce normal de pleurer si souvent ? Cela ne peut l'être".


Permettez-moi de suggérer à ceux qui sont débordés, au bord des larmes que ces dernières ont pour bienfait de nous permettre de redémarrer. Pleurer pour des raisons émotionnelles a la propriété de nous faire nous sentir mieux, de libérer les tensions et, comme mentionné préalablement, de redémarrer notre psychisme. Savez-vous que, bien que nous généralisons souvent, il existe trois types de larmes: les larmes de bases (ce sont des larmes qui se propagent lorsque nous clignotons les yeux et qui gardent nos globes oculaires humides), des larmes irritantes (ce sont des larmes qui jaillissent quand nous épluchons un oignon, par exemple) et des larmes émotionnelles qui sont une réponse à des sentiments forts tels que la tristesse, le chagrin, la joie et la colère. Ces larmes sont remplies d'hormones de stress et d'analgésiques naturels qui nous aident à faire face à de nombreuses situations. Elles ont également la capacité de transférer des messages subtils aux personnes autour de nous, consciemment ou inconsciemment. Les larmes, par exemple, sont capables de signaler à quelqu'un que vous avez besoin d'un câlin ou que vous voulez être seul.

Cette petite fonction corporelle que nous écartons d’un tour de main, ou que nous trouvons tout à fait agaçante, a la grande mission de transmettre notre humanité. Permettez-vous d'être humain, embrassez vos larmes!


43 views0 comments

Recent Posts

See All